Google+ Badge

Suivre ce blog par mail

mercredi 25 février 2015

Un brouillon de culture

Question du jour: peut-on faire du brouillon une culture? 

 

 Le brouillon, à première vue, c'est plutôt l'étape préliminaire, truffée de fautes, de ratures, le premier jet,  à retravailler. Et puis, quand on est un écolier un peu brouillon, c'est qu'on ne soigne pas son écriture, qu'on est...un mauvais élève... aux yeux de celui qui le dit.

Eh bien, cette semaine, j'étais à Douai, j'ai rencontré une vingtaine de classes, et j'ai appris que brouillons et culture faisaient plus que bon ménage. C'est même le nom de l'association qui s'occupe du salon de Douai, et c'est programmatique.

Je me suis interrogée toute la semaine: pourquoi appeler une association "Brouillons de culture" (je trouvais l'expression jolie, mais il me fallait un sens) ...et puis, j'ai observé les bénévoles, leur manière d'agir, j'ai essayé de saisir quels étaient leurs buts.
L'association est composée de femmes, hors du commun, soyons clairs. De sacrés bouts de femmes. Le président de l'association est un homme, hors du commun, soyons clairs.
Ils sont quelques uns, donc, à donner de leur temps toute l'année pour semer des graines de culture dans les yeux des bambins, du Douaisis.

Les mamans des brouillons, elles lisent, toute l'année, parfois en picard, souvent en français moderne avec un petit accent qui traîne des "a" et qui fait chaud au coeur. Elles se promènent un peu partout avec leurs livres et leurs envies de partager...Parfois, elles étaient enseignantes, et on regrette de ne pas les avoir eues comme prof!
 Faire du brouillon de la culture, c'est avoir une idée humble tout en menant de front un but sacrément ambitieux: prendre les enfants là où ils sont, semer des petits rien, aller les chercher partout, même dans les gribouillis...et réécrire chaque année un autre texte, en prenant appui sur le même brouillon. Faire naître une nouvelle histoire.
C'est comme cela que je l'ai ressenti. Une équipe de bénévoles qui ouvre la culture à ceux qui n'y ont vraiment pas accès. Les gosses du camp Rom voisin faisaient partie du salon eux aussi. Et d'autres enfants, un peu partout, dans les campagnes, près des terrils, près des mines qui ne donnent plus de charbon.
Un brouillon, c'est peut-être aussi un texte libre, qui n'a pas de format, qui n'a pas vraiment de lecteur, qui appartient à celui qui le fait...mais qu'on peut retravailler tous ensemble! Un début d'histoire à venir...

MERCI infiniment à tous les bénévoles, à Annick, à Françoise, à Danièle, à Dominiques(s), à Dorothée, à Lysiane, à la voix si douce , à Edouard et à tous les autres! 
PROMIS, dès que je me dépatouille avec  la technologie, je vous montre des photos de tous ces gens qui forcent l'admiration. Et bien évidemment....les réalisations des enfants!


 Merci à tous les auteurs, illustrateurs, pour tous les moments passés ensemble, superbement brouillons!

 Pour tous ceux qui s'intéressent aux brouillons, il y a une très belle expo sur le site de la bnf: ici

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés

Devenir membre